Uniting Europe

Après 8 ans d’enfer avec Obama, son successeur, Hillary Clinton, n’avait aucune chance.
Le 26 décembre, Bret Stephens du Wall Street Journal a publié son opinion dans un article intitulé « La fin appropriée pour Obama », critiquant non seulement les dernières semaines de l’administration Obama, mais aussi l’entièreté de son mandat à la présidence. Selon Stephens, en à peine huit ans, Obama a impliqué l’armée des États-Unis en Irak, en Libye, en Syrie et au Pakistan, il a dissous les traités d’alliance avec l’Égypte et la Turquie, renforcé l’Iran, réanimé la guerre froide avec la Russie, envoyé des millions d’immigrants musulmans au cœur de l’Europe et réduit en miettes l’alliance avec Israël. Pendant son mandat, la dette nationale des États-Unis a doublé, la classe moyenne s’est appauvrie de manière significative, conséquence de la mobilisation vers le bas, et les soins de santé sont devenus inefficaces et chers. Sur le front national, les tensions raciales ont atteint des niveaux jamais vus depuis les années soixante, la violence à main armée a atteint des sommets, l’antisémitisme est devenu courant et le terrorisme musulman habituel sur le sol américain. Quand on constate tous les dommages causés par ce président, il devient évident que son successeur idéologique, Hillary Clinton, n’avait aucune chance. Le peuple en avait ras le bol.

chaim-obama-and-hillary-blogactivLe président américain Barack Obama et la candidate démocrate à la présidence, Hillary Clinton, se tiennent la main à la fin d’un rassemblement de campagne au Independence Hall à Philadelphie, en Pennsylvanie le 7 novembre 2016 – Crédit : REUTERS / Kevin Lamarque

Le faux-semblant de la gauche libérale a été démasqué : une dictature de l’élite financière. Les gens ne seront plus dupes, leurs comptes en banque leur disent la vérité au sujet de l’économie et de la politique qui ont engendré leurs difficultés. La rectitude politique (une arme clé du libéralisme dans la campagne de manipulation des masses) peut bien avoir réprimé la liberté de parole des gens, mais cela ne les a pas dissuadés d’exprimer leurs points de vue dans les urnes. Leur message : « l’ère de l’exploitation déséquilibrée des masses par l’élite au pouvoir est terminée. »

La fin de l’âge de l’ego
Tant que le capitalisme était basé sur un niveau raisonnable d’égoïsme, où les gens travaillaient pour assurer leur survie et celle de leur famille, l’économie allait de l’avant. Mais l’ego est semblable à un cancer, il n’arrête pas de grandir et de se répandre jusqu’à ce qu’il tue son hôte. Le niveau d’égoïsme actuel est devenu du narcissisme néfaste. Les femmes se marient entre elles, les enfants changent de sexe avant l’adolescence, et si quelqu’un ose suggérer que ces phénomènes sont anormaux, les sbires de la rectitude politique leur collent une étiquette de retardés, chauvinistes, sectaires, ou tous les trois en même temps. Nous sacrifions notre bonheur sur l’autel du narcissisme.
Pourquoi tant d’études ont-elles conclu que la seule chose la plus importante que nous puissions faire pour être heureux est de nous connecter aux autres ? Pourquoi est-il écrit dans le Talmud : « Ce que tu hais, ne le fais pas aux autres, c’est l’entièreté de la Torah » (Massékhet Shabbat, 31a), et pourquoi Rabbi Akiva a-t-il ajouté : « Aime ton prochain comme toi-même » est la grande loi de la Torah ? Pourquoi les deux rejetons du judaïsme, la chrétienté et l’islam, ont-ils fait leur le principe de Rabbi Akiva, et pourquoi tant de systèmes de croyances ont-ils adopté la Règle d’Or qui exige que nous traitions les autres comme nous aimerions être traités ? Il n’y a qu’une seule réponse à toutes ces questions : la connexion humaine, aimer les autres et être aimé par les autres sont la clé de notre bonheur. C’est la nature humaine. Lorsque vous vous concentrez sur vous-mêmes, vous finissez par vous épouser. Et par conséquent, vous êtes malheureux parce que vous allez à l’encontre de votre propre nature, mais la rectitude politique ne vous laissera pas l’admettre. Quand la société est à ce niveau, est-il surprenant si les jeunes, immédiatement après avoir été forcés de s’asseoir avec leurs familles pendant la célébration de Noël, ont transformé les centres d’achats des États-Unis en zones de guerre ?
Si nous persistons dans cette direction, les gouvernements qui sont en train d’endormir la population en légalisant la marijuana se sentiront obligés d’éliminer les gens comme les fermiers abattent la volaille et le bétail malades. La seule alternative à ce bourbier est d’en finir avec l’ego et de réapprendre à nous connecter.

Notions de base
L’un des sujets tendance dans la Silicon Valley et ailleurs, là où les gens se soucient du futur de l’humanité, est le revenu de base universel (RBU). Le RBU signifie que si vous êtes en vie, vous avez le droit de recevoir assez d’argent pour subvenir à vos besoins dans la dignité. Aux États-Unis, les leaders universitaires et d’opinion, tels qu’Elon Musk, magnat de la haute technologie, Chris Hughes, cofondateur de Facebook, Robert Reich, ex-secrétaire du travail, et le célèbre astrophysicien Stephen Hawking, ont non seulement exprimé leur soutien à l’idée que les gens n’aient plus à travailler pour assurer leur subsistance, mais ils se sont même engagés à trouver des solutions pratiques pour implanter le système.
Dans le monde entier, les gouvernements s’intéressent au RBU comme moyen d’éviter les désordres sociaux. Le Canada est sur le point de lancer un projet pilote sur l’Île-du-Prince-Édouard, et le Conseil Fife en Écosse étudie actuellement un essai de RBU. L’année prochaine, la Hollande inaugurera ce que The Atlantic a baptisé « l’expérience de l’argent gratuit », qui garantira aux résidents d’Utrecht et des villes environnantes, une somme de 960 euros par mois.
J’approuve de tout cœur l’idée du RBU. Cependant, si nous décidons d’accorder de l’argent aux gens sans les aider à trouver un sens à la connexion, que nous avons définie comme la base du bonheur, alors ce qui s’est passé dans les centres d’achats aux États-Unis après Noël ressemblera plus à des vaguelettes dans la baignoire qu’à un tsunami.
chaim-musk-blogactiv

Le directeur général de SpaceX, Elon Musk, s’exprime après le dévoilement du vaisseau spatial Dragon V2 à Hawthorne – Crédit : REUTERS / Mario Anzuoni

De retour à la Règle d’Or
Pour sécuriser notre avenir et celui de la société, nous devons nous débarrasser de l’aliénation et réapprendre la joie de prendre soin les uns des autres. Nous pouvons le faire en accordant aux gens le RBU, à condition qu’ils participent à des sessions de sensibilisation à la connexion où ils apprendront comment communiquer positivement avec les autres, comment restaurer la confiance au sein de la famille, comment canaliser la violence et la transformer en créativité, etc.
J’ai vu beaucoup de gens qui étaient tout d’abord soupçonneux et antagonistes, devenir accueillants avec les autres à un degré très profond. Une organisation que je chéris a fait des merveilles pour aider les communautés à se rencontrer en entretenant leur cohésion sociale. Libérés des soucis économiques nécessaires à leur subsistance et celle de leurs familles, les gens seront heureux de participer à ces sessions d’apprentissage dont le bénéfice immédiat sera l’amélioration des liens sociaux.
Les gens qui continueront à travailler afin de maintenir la chaîne d’alimentation profiteront eux aussi de la transformation sociale, car l’ambiance de leurs quartiers et de leurs foyers sera améliorée. De plus, les employés ne seront pas exclus des sessions d’apprentissage. Ils y participeront volontairement de façon sommaire et comprendront les concepts de base du changement social. De cette manière, s’ils devaient se trouver sans travail, il leur serait facile de trouver leur voie dans la nouvelle société.
Avec le temps, les étudiants les plus anciens de cet apprentissage à la connexion deviendraient eux-mêmes des professeurs, répandant la transformation à des communautés de plus en plus nombreuses. Comme les effets positifs de cette transformation diminueraient l’hostilité, cela permettrait aux municipalités et aux états de réduire les coûts de la police et des services sociaux. Puisque la dépression est causée par la déconnexion sociale, le moral élevé et la sensation d’avoir un objectif amélioreront la santé et les maladies liées à la dépression diminueront de façon drastique. Cela économiserait des milliards de dollars au système de santé du pays actuellement en grande difficulté. Sur la même lancée, l’abus de drogue diminuera lorsque les gens n’éprouveront plus le besoin d’échapper à une réalité difficile. Ils apprendront de nouvelles façons de se connecter et de communiquer, le désespoir se transformera en espoir.

Révolution conceptuelle
La transformation à laquelle nous assistons n’est pas une « gaffe » de l’histoire, mais fait partie d’un revirement de paradigme qui nous verra nous réjouir de l’unité et du rapprochement. La nature humaine nous forcera éventuellement à nous ajuster et à ajuster nos sociétés à ses exigences : les connexions positives nous rendront heureux. Puisque nous le savons, nous pouvons éviter les conséquences impardonnables qu’engendrerait une transformation forcée. Nous pouvons et devrions amorcer cette transformation nous-mêmes, et diriger l’humanité vers une ère nouvelle du RBU pour tous, associée avec une vie sociale prospère et une arène politique internationale pacifique.
En présupposant qu’Obama n’infligera pas des dommages irréparables aux États-Unis avant de s’en aller, j’espère que dans les mois à venir l’Amérique fera audacieusement le premier pas vers un avenir plus radieux d’unité, de connexion et d’amitié. Le peuple américain et le monde tout entier en profiteront.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Leave a Reply