Uniting Europe

La loi sur la peine de mort pour les terroristes, que le ministre de la Défense Avigdor Liberman essaye de faire passer en Israël, met une fois de plus en lumière une question au centre d’une lutte acharnée, montrant ainsi l’incapacité du peuple israélien à s’unifier sur une position spécifique. Des arguments pour et contre la loi ont inondé la presse israélienne à savoir si elle découragerait réellement les terroristes, et ce que cela signifierait pour les Juifs.

À première vue, le Talmud justifie la peine de mort pour une personne qui agit dans l’intention de tuer une autre personne : « Si quelqu’un vient pour te tuer, lève-toi tôt et tue-le en premier. » (Talmud babylonien, Sanhédrin 72:1). Cette loi s’applique tout aussi bien pour un terroriste que pour toute personne qui décide d’en assassiner une autre.

Toutefois, le fait que la peine de mort soit ou non acceptée en Israël n’influencera pas le problème du terrorisme à sa source. Tout le discours autour du sujet revient à se demander si la chimiothérapie ou bien les traitements naturels sont meilleurs pour traiter le cancer : on obtient toujours une opinion différente selon la personne à qui l’on s’adresse, et toute la discussion ne porte ni sur l’analyse du problème ni sur sa solution à partir de ses causes.

Par conséquent, je n’ai aucun intérêt à me mêler des lois de l’État d’Israël, qui sont fondées sur les lois de l’époque du Mandat britannique et d’aussi un peu plus tôt. Si l’État d’Israël et le peuple juif voulaient vraiment résoudre le terrorisme, il nous faudrait remonter plus loin dans nos racines, pour comprendre ce qui fait de nous un peuple juif au départ, et quelles lois nous avons suivies lorsque nous sommes devenus un peuple juif. Ensuite, nous pourrions apprendre quelque chose sur les lois qui auraient le pouvoir de régler complètement le problème du terrorisme.

Comment déroger aux lois de l’État par les lois de la nature : un guide pour le peuple d’Israël

Ce qui fait de nous un peuple juif, c’est la tendance à s’unir (le mot hébreu pour « juif »[Yehudi] vient du mot pour « uni »[yihudi] [Yaarot Devach, Part 2, Drouch n° 2]). Nos ancêtres ont pris conscience de cette tendance à l’époque où Abraham a fondé des groupes non pas selon les lois de l’État, mais selon les lois de la nature. Tandis que l’ancienne société babylonienne s’écroulait autour de lui dans des niveaux dévastateurs de division sociale, Abraham refusa d’accepter la norme de division du jour. Au lieu de cela, il a consacré sa vie à un processus d’autodécouverte et à la recherche de la nature et du système de la création. Ses recherches l’ont amené à découvrir comment les lois les plus fondamentales de la nature sont l’amour, le don, la bonté et l’unité. De plus, il a trouvé comment ces lois opèrent sur chaque élément de la réalité, il a rassemblé des individus qui cherchaient aussi de meilleures vies, en a formé des groupes, et les a guidés sur la façon de réaliser les lois de la nature d’amour et d’unité dans les relations sociales. Ce groupe est devenu connu sous le nom de « juifs ».

En tant que peuple juif uni, nous avons vécu des moments de bonheur et de prospérité pendant les périodes du Premier et du Second Temple. Au fil du temps, cependant, l’égoïsme humain a évolué vers un nouveau niveau d’humanité, y compris le peuple juif. Cela nous a séparés et nous nous sommes éloignés de notre conformité aux lois d’unité de la nature. En fin de compte, nous avons remplacé les lois naturelles par des lois d’État artificielles.

L’égoïsme nous fait considérer l’avantage personnel comme étant plus important que le bénéfice des autres et de la société dans laquelle nous vivons. Si nous ne nous appliquons pas à nous unir au-dessus de notre tendance égoïste naturelle, alors nous construisons de plus en plus notre vie d’une manière contraire à la nature. Le terrorisme n’est qu’un des moyens évidents par lesquels notre monde d’aujourd’hui nous montre le résultat de notre développement naturellement égoïste au bout de milliers d’années.

Nous avons découpé l’humanité en une myriade de segments, sous-segments et sous-sous-segments. Nous accordons plus d’importance à l’individualité qu’à l’intégralité et au succès personnel d’individus uniques ou de groupes choisis plutôt qu’au succès collectif de la société dans son ensemble. Cela va à l’encontre du fonctionnement de la nature. La nature considère la planète et tous ses habitants comme un système unique, en accordant une importance égale à toutes ses parties. Cela s’apparente aux cellules et organes d’un corps humain qui jouent tous un rôle vital dans la santé, la subsistance et le fonctionnement de l’ensemble du corps.

Notre approche de plus en plus égoïste et séparée de la nature nous divise non seulement en tant que peuple, mais elle est la cause de tous les malheurs et de toute la souffrance de l’humanité. Comme dans le cas du corps humain, lorsqu’une cellule ou un groupe de cellules donné commence à recevoir plus que ce dont il a besoin, on considère qu’il s’agit d’une croissance cancéreuse. L’accent que nous mettons sur l’avantage personnel plutôt que sur le profit de la société humaine dans son ensemble nous sépare de l’identification et du respect des lois d’amour et d’unité de la nature, et nous fait succomber à l’application de nos lois d’État dictées par l’homme. Ensuite, plus il y a des problèmes globaux, aux niveaux personnel, social et mondial, plus nous devons réviser nos lois artificielles, de la même façon que nous devons continuellement réviser nos médicaments pour traiter de nouvelles épidémies.

Par conséquent, si nous abordons le diagnostic et la guérison des nombreux problèmes du monde, y compris le terrorisme, à leur source – notre séparation de l’application des lois unitaires de la nature – puis en apprenant quelles sont les lois de la nature et comment nous pouvons les observer, nous pourrions ouvrir la voie à une société harmonieuse et unifiée, en équilibre avec la nature.

La résurgence de la méthode de découverte et d’application des lois de la nature

La méthode pour la découverte et l’application de ces lois est la même que celle qu’Abraham a développée, la sagesse de la Kabbale. Aujourd’hui, cette méthode connaît une résurgence alors que des milliers de personnes dans le monde entier qui sentent que les voies actuelles du monde conduisent à des impasses, commencent à se rassembler régulièrement pour découvrir leur lien avec la nature, et revitalisent le sentiment de but, d’amour, d’unité et de proximité avec la nature dont le groupe d’Abraham avait été pionnier.

Grâce à cette méthode, ce groupe mondial est devenu un laboratoire de recherche d’une société fondée sur la découverte et l’application des lois de la nature. S’il existe des liens forts dans la société, encouragés par l’apprentissage et la promotion continus de valeurs prosociales telles que l’unité, l’amour, le don, la considération mutuelle et la gentillesse, alors les phénomènes égoïstes négatifs n’auront pas la chance de faire surface. Par exemple, la punition ne serait pas telle que celle que nous connaissons dans notre monde d’aujourd’hui, comme une peine pour une infraction commise. La punition serait ressentie comme une sensation à l’intérieur de la personne, quand la tendance égoïste s’empare des désirs et des pensées avec son exigence d’accomplissement personnel à l’encontre d’autrui.

Dans une société fonctionnant selon les lois de la nature, chaque personne aurait les bases, les outils et l’environnement social de soutien nécessaires pour travailler avec ses penchants égoïstes et criminels avant qu’ils ne se matérialisent. De même, une personne serait capable d’appliquer des punitions, y compris même une « peine de mort » à ses propres penchants égoïstes, car elle ne voudrait pas nuire à l’atmosphère sociale. Dans la méthode de la Kabbale, une telle version de la punition est appelée une « correction » de notre nature. Ces corrections nous rapprochent de plus en plus de l’ouverture d’une nature nouvelle et expansive où des fils d’amour, d’unité et de considération nous unissent.

Hormis les époques susmentionnées du Premier et du Second Temple, nous n’avons jamais créé une telle atmosphère sociale, et aujourd’hui notre égoïsme est omniprésent dans la société. Au fur et à mesure que les effets de la division sociale croissante, des tendances nazies, fascistes et xénophobes et du terrorisme s’accentuent, nous pouvons soit continuer à essayer de créer différents types de pansements et de les appliquer partout, soit commencer à nous aligner sur les lois de la nature et à traiter ces problèmes à la source.

J’espère que nous découvrirons tôt ou tard cette atmosphère sociale positive qui aspire à l’équilibre avec les lois de la nature. Le groupe mondial qui travaille aujourd’hui à la mise en œuvre de cette méthode est ouvert à tous, et dès le début, les gens se portent immédiatement garants de sensations et de perceptions nouvelles merveilleuses qui s’ouvrent à eux grâce à des efforts minuscules, même infimes, de connexion et d’amour dans une société qui défend ces valeurs. J’espère aussi que la société humaine découvrira la splendeur de vivre selon les lois de la nature, et que cela se produira le plus tôt possible, par l’apprentissage et l’encouragement, plutôt que plus tard, par la douleur et le chagrin.

Author :
Print

Leave a Reply