Uniting Europe

Les études réalisées dans différents pays démontrent une dépendance croissante aux téléphones intelligents. La France vient de les interdire dans les écoles. La décision a été prise par crainte de voir les étudiants en devenir dépendants. Ces mesures restrictives résoudront-elles le problème ou devons-nous approfondir la question pour relever les défis d’une cybergénération ?

Il est indéniable que les plus jeunes deviennent de plus en plus dépendants de la technologie, mais il faut aussi faire face à la dépendance des adultes au téléphone portable et à son impact sur le comportement de leurs enfants et de la société. Une nouvelle étude menée en Grande-Bretagne révèle une hausse spectaculaire de la dépendance à la technologie. En moyenne, dans ce pays, une personne vérifie son téléphone portable toutes les 12 minutes, tandis qu’un adulte sur cinq passe plus de 40 heures par semaine en ligne.

Si c’est là l’exemple que suivent les enfants, alors comment peut-on se plaindre de leurs habitudes si nous ne mettons pas en pratique ce que nous prêchons ? L’un des principaux prestataires de services de santé en Israël a récemment fait une recherche intéressante sur le comportement des parents pendant l’attente et durant le traitement de leurs enfants dans l’unité pédiatrique. Le résultat démontre que 83 % des parents sont restés collés à leur téléphone portable pendant la visite médicale. Comme il fallait s’y attendre, en conclusion, il est recommandé aux parents d’éteindre leurs appareils pour passer ce temps avec leurs enfants. De même, en Amérique, près de neuf personnes sur dix sont aujourd’hui branchées en ligne.

Pouvons-nous alors aller à contre-courant du progrès technologique ? Ou s’agit-il d’une conséquence inéluctable de l’évolution naturelle de l’homme ? Il est incontestable que les jeunes générations sont façonnées par le téléphone intelligent et par l’essor des médias sociaux. Ils font partie intégrante de leur existence dès le plus jeune âge. Dans le cadre de leur environnement, ils doivent s’adapter à la nouvelle technologie et en faire un élément naturel de leur éducation, se sentir à l’aise et ne pas craindre d’expérimenter de nouveaux appareils, jeux et plates-formes. Nous n’avons pas créé ce désir par nous-mêmes, il fait partie de l’évolution de la nature.

Les parents eux-mêmes accros aux téléphones portables ne sauraient blâmer leurs enfants d’en faire un usage excessif ou des problèmes de comportement qui en découlent. Les enfants nous prennent en exemple, alors comment nous plaindre de leurs habitudes ? Notre nature égoïste s’accroît sans cesse, et nous amène à nous préoccuper de plus en plus de nous-mêmes, même aux dépens des autres, même si ces derniers font partie de notre propre famille. Le nombre d’interactions personnelles diminue à mesure que nous augmentons notre temps passé en ligne, alors comment pouvons-nous nous attendre à une communication efficace avec nos enfants si nous ne sommes pas prêts à renoncer à notre utilisation compulsive d’appareils électroniques ?

Si nous nous débarrassions de nos propres smartphones et de ceux de nos enfants afin d’améliorer la communication entre nous, serions-nous alors en mesure de comprendre et de satisfaire leurs besoins et leurs désirs ? Si nous hésitons, même un instant, peut-être serait-il préférable d’utiliser nos appareils ensemble, dans un même endroit, plutôt que séparément.

Nous ne pouvons pas refuser le changement, car il se concrétisera de toute façon. Souhaiter le retour du passé équivaut au désir de raviver l’âge de pierre. Les enfants ont grandi avec les ordinateurs et l’Internet dans les écoles et à la maison, ils trouvent tout en ligne, la musique en continu, le partage de vidéos, les tendances en matière de consommation et de mode, les endroits populaires, les activités et les personnes avec qui sortir (virtuellement, bien sûr.) La technologie est pour eux presque comme une deuxième nature.

Les activités de plein air en milieu urbain ou en milieu naturel ne sont plus aussi attrayantes qu’auparavant. Elles ont été remplacées par des activités en ligne. Si les jeunes sortent, c’est le plus souvent dans un lieu où ils sont entourés par d’autres qui partagent leur monde numérique.

Notre monde vit une transformation radicale et s’ouvre à une réalité plus spirituelle et intégrale. Les jeunes sont les premiers à embrasser les changements, car ils sont instinctivement toujours à la recherche de nouvelles avenues et alternatives. Chaque nouvelle avancée est un pas en avant pour eux, un processus naturel, même s’ils ne sont pas pleinement conscients de la façon dont cela se produit. Comprendre et mettre en œuvre cette nouvelle ère exige une touche de redémarrage qui nous permette d’utiliser la technologie et de faire un pas de plus, au nom de la véritable connexion, de la solidarité et de la sollicitude envers les autres.

Comment y parvenir ? En nous ajustant non seulement aux progrès technologiques, mais aussi à une ère de renouveau. Nous disposons désormais de toutes les ressources pour faire basculer la société du chaos à l’harmonie. En utilisant la technologie pour améliorer et resserrer les relations humaines, nous pouvons atteindre cet objectif. Un tel changement de fond est possible si nous créons un contenu significatif qui enseigne aux adultes et aux enfants comment la nature et l’humanité évoluent, et leur explique que la nature guide le monde vers l’équilibre, et comment améliorer la communication entre nous pour que les relations au sein de la société soient plus équitables et plus harmonieuses.

Author :
Print

Leave a Reply