Uniting Europe

Le 9 novembre 1938, par une nuit noire, les nazis ont assassiné plusieurs centaines de Juifs, brûlé 1 400 synagogues en Allemagne et en Autriche, détruit des maisons et des commerces juifs et vandalisé des hôpitaux, orphelinats et cimetières juifs. Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants juifs ont été traînés dans les rues, où ils ont été battus et humiliés. Le 80e anniversaire de l’événement a été commémoré à un moment où l’antisémitisme dans le monde connait une fulgurante progression.

« La Nuit de Cristal », a éclaté environ 6 ans après l’arrivée au pouvoir d’Hitler et a marqué le début du Troisième Reich et la persécution systématique des Juifs, qui a conduit à l’Holocauste, qui s’est produit dans l’indifférence générale.

Serions-nous en train de revivre la même époque? Récemment le président Macron a rappelé que notre époque rappelait les années 30. Beaucoup ont décrié ses propos, or une enquête récente a montré que les actes antisémites ont progressé de 69% en 2018 et l’année n’est pas terminée. Désormais même les universités sont touchées par des graffitis antisémites.

Il semblerait que nous n’ayons pas tiré les leçons du passé, et l’antisémitisme n’est plus aujourd’hui une référence historique, mais bien une réalité très brûlante en Europe, sous la forme de sentiments anti-Juifs et anti-Israéliens de l’extrême gauche, ou de l’extrême droite.

Pour retracer la source de l’antisémitisme et la comprendre, il faut remonter 3 800 ans, à l’origine de la nation israélienne. La Mésopotamie était le berceau de la civilisation humaine. Tout le monde vivait paisiblement, sans conflits, avant que tout ne change soudainement. Les individus ont commencé à se préoccuper de leurs intérêts personnels au détriment de l’intérêt général : l’égoïsme moderne venait de naître. Au plus fort de la crise, les habitants de la région ont imaginé qu’ils pouvaient contrôler le monde et ont construit la tour de Babel pour symboliser leurs aspirations égoïstes.

Un Babylonien, Abraham, l’a toujours refusé. Pour comprendre le phénomène, il l’étudia et l’analysa et a élaboré une méthode pour dominer et transcender l’ego. Toutes les personnes qui ont adhéré à ces idées l’ont suivies et ont formé la nation israélienne. Israël s’est uni au-dessus des différents et différences pour ne former qu’un seul homme dans un seul cœur.

Aujourd’hui nous constatons plus que jamais que nous vivons dans une société renfermée sur elle-même, tout aussi désorientée que celle de Babylone. L’ego a pris une telle ampleur que nous voici arrivés à la tour de Babel moderne : un réseau de relations commerciales et économiques mondiales interconnectées, fondé sur de stricts intérêts égoïstes. Les riches s’enrichissent plus et les pauvres s’appauvrissent, la spirale s’est enclenchée et personne ne sait comment inverser la tendance.

C’est à ce moment précis que nous, le peuple d’Israël, entrons en scène.

Notre mission, selon le kabbaliste Yéhouda Ashlag (Baal HaSoulam), kabbaliste du XXe siècle, est de servir d’intermédiaire, de relai, c’est-à-dire transmettre la méthode de correction de l’ego à l’humanité (Tikoun Olam). Mais pour cela, nous devons d’abord l’appliquer sur nous-mêmes en nous unissant.

Si nous n’accomplissons pas notre mission, les souffrances, les catastrophes naturelles et autres malheurs ne cesseront d’augmenter. L’humanité a inconsciemment le sentiment que nous, les Juifs, avons quelque chose de spécial et que nous détenons la clé du bonheur, alors que nous, nous avons tendance à l’oublier voire même l’ignorer.

Plus nous tarderons à assumer notre rôle, plus nous serons détestés et donc attaqués de tous bords.

La principale différence aujourd’hui par rapport aux précédentes vagues d’antisémitisme, est que la racine du phénomène et sa solution sont plus évidentes. C’est pour cette raison que la sagesse de la Kabbale se dévoile et le temps d’assumer notre mission et responsabilité est venu.

Par conséquent, à l’ère de la mondialisation, alors que nous sommes tous connectés, il serait bon que les Juifs s’unissent et montrent l’exemple en faisant revivre la valeur fondamentale de la vie « tu aimeras ton prochain comme toi-même » car seul l’amour au-dessus de tout, pourra nous sauver.

Author :
Print

Leave a Reply